REPORTAGE : HORS-CADRE TOI-MÊME, une exposition dans la rue de portraits de personnes en situalition de Handicap.

Par  58 photographies - 05 octobre 2021

HORS-CADRE TOI-MÊME
À travers cet accrochage urbain de photographie, l'artiste fait place aux personnes en situation de hadicap. Cette installation artistique est une oeuvre d'art contemporain engagée car elle donne tout son sens à l'inclusion. Ces portraits sont si bien fondus dans le décor, que les personnes photographiées en imposent avec leur présence souriante. Ces trompes-l'oeil jouent sur la fusion entre le lieu de prise de vue et le lieu d'accrochage. Le titre de la série HORS-CADRE TOI-MÊME joue sur la polysémie : hors-cadre social ou hors-cadre photographique ? Tout le monde a le droit de dépasser ! Et si l'on regardait parfois aussi ce qui se passe hors-champs ? J'entends souvent parler des gens différents, mais je n'ai pas compris de quoi ils sont censés être différents...? Le jour du shooting, j'ai demandé à l'un des participants de me photographier aussi, comme tous les autres. Je n'avais rien prévu, nous avons improvisé quelques minutes. En rentrant, j'ai regardé quels portraits de moi il avait fait. Sur toutes les images, j'ai découvert que je cherchais à sortir du cadre. Je me suis toujours sentie coincée dans des normes : on me disait « trop grande », « trop décalée », « trop rapide », « trop gourmande »... Les boites, dans lesquelles on croit qu'il est bon de se ranger, restreignent notre imaginaire. Cadres sociaux, sphères culturelles, limites d'âge, gabarits corporels, corsets... grace au cadrage photographique, au lieu de lutter contre ces cadres imposés, je propose de jouer avec eux. Vivre, c'est passer d'un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner. Georges Perec