A bientôt dans la vraie vie

C’est par ces mots que l’ami Ferdinand finissait la conversation par ordinateur interposé. Nous en étions à la première semaine de confinement pour espérer infléchir la courbe de l'épidémie qui faisait plus de 400 morts par jour dans le pays. Mais c’est quand la vraie vie ? Quand on pourra se toucher ? Boire et rire ensemble ? Quand nous retournerons au travail et les enfants à l’école ? C’est surtout quand les gens arrêteront de mourir. En attendant on prend de la distance, on s’éloigne à l’extérieur et on se rapproche à l’intérieur. La menace invisible est réelle, les conséquences dramatiques… Alors on tente modestement de raconter à son échelle un bouleversement planétaire, de prendre soin des autres, de faire rire les enfants, de continuer à vivre autrement en attendant le retour de la vraie vie. Ici les photographies deviennent de petits signes modestes et quotidiens qui nous disent que tout a changé, que tout va changer. © Cyril Entzmann / Divergence-images.com zir@free.fr 06 19 58 36 89

Fermer